Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Actualités

Les Roms en questions...

Quand les Roms arrivent en France, ils sont méprisés, rejetés ; ils sont considérés comme des paresseux, des mendiants ou des voleurs. Alors quelle est la solution ?

Les Roms en question…Quelle est la solution ?

 

1775457_3_2064_les-policiers-ont-encercle-le-camp- 1775457_3_2064_les-policiers-ont-encercle-le-camp-  

 

Une Roumaine, Cristina Frasin, invitée dans notre diocèse par le Secours Catholique, répond à nos questions sur les Roms.

image001 image001  

 

Cristina Frasin, pourquoi êtes-vous venue en France ?

Je venue dans votre pays pour témoigner de l’action que nous menons en Roumanie, en partenariat avec le Secours Catholique français, pour aider les enfants des familles pauvres et en particulier les enfants Roms.

 

Que faîtes-vous en Roumanie pour aider ces enfants ?

 Nous nous sommes aperçus que ces enfants étaient en échec scolaire parce qu’ils ne pouvaient pas faire leurs devoirs à la maison, soit parce qu’ils n’avaient pas d’électricité, soit parce que leurs parents analphabètes ne pouvaient pas les aider. Nous avons donc décidé de créer un accueil de jour pour les aider à faire leurs devoirs.

 

image002 image002  

 

Pourquoi un accueil de jour ?

A Baia Mare, il n’y a qu’une seule école pour toute la ville. Tous les élèves ne peuvent donc pas aller à l’école en même temps. Alors la moitié des élèves vont à l’école le matin et l’autre moitié l’après-midi. Les enfants qui vont à l’école le matin viennent donc à l’accueil de jour l’après-midi pour faire leurs devoirs et les autres viennent le matin.

 

Cet accueil de jour vous a-t-il permis de résoudre le problème ?

Non, nous nous sommes aperçus que cet accueil de jour pour les écoliers de 6 à 14 ans intervenait trop tard pour les aider vraiment à s’intégrer à l’école. Alors nous avons décidé d’ouvrir un jardin d’enfants pour les petits de 3 à 5 ans, pour leur apprendre, dès cet âge, à se prendre en charge (se laver, s’habiller…) ainsi que les règles élémentaires de la vie en société…  Par la suite nous avons remarqué que certains enfants Roms échouaient à l’examen de fin d’études, et devaient trouver un travail sans aucune qualification professionnelle, ce qui était pratiquement impossible. Nous avons donc décidé de lancer un nouveau programme pour aider les jeunes de 15 à 25 ans. Nous avons ensuite remarqué qu’un certain nombre de jeunes filles Roms se retrouvaient enceintes. Nous avons donc lancé un programme pour aider ces jeunes mères à gérer leur sexualité et assumer leur maternité.

 

famille Rom.jpg famille Rom.jpg  

 

Est-ce que vous aidez aussi les familles ?

Notre but principal est d’aider les enfants mais l’expérience nous a montré qu’il était impossible d’aider un enfant sans que sa famille soit partie prenante. Donc chaque fois que nous prenons en charge un enfant, nous menons aussi une action auprès de sa famille pour conseiller les parents, les aider à trouver du travail et leur offrir, par exemple, la possibilité de venir laver leur linge avec la machine à laver que nous mettons à leur disposition dans le centre social.

 

Pourquoi accueillez-vous une majorité d’enfants Rom ?

Nous accueillons une majorité d’enfants Roms parce notre centre se trouve à proximité d’une grande communauté de Roms mais nous accueillons aussi d’autres enfants. Ainsi ils apprennent à vivre ensemble : cela aide les enfants Roms à s’intégrer et les autres à abandonner leurs préjugés.

 

Pourquoi les Roms sont-ils discriminés en Roumanie ?

Les Roms sont venus du Nord de l’Inde il y a très longtemps. Quand ils sont arrivés en Roumanie, ils ont été réduits en esclavage. Plus tard, l’esclavage a été aboli, mais les Roms ont toujours été la classe la plus basse de la société et c’est resté à la fois dans les préjugés dont ils sont victimes mais aussi dans la mentalité des Roms eux-mêmes. A cela s’ajoute la situation économique de notre pays qui ne fait qu’accroître encore les tensions sociales.

 

Bruno Amesellem 1-thumb-500x333-24742.jpg Bruno Amesellem 1-thumb-500x333-24742.jpg  

 

Pourquoi les Roms viennent-ils en France ?

Les Roms quittent la Roumanie parce qu’ils souffrent de discrimination et parce que cette situation est aggravée par la crise économique. Mais les Roms ne sont pas les seuls à quitter le pays. Ils sont comme les autres, ils vont ailleurs pour chercher de meilleures conditions de vie.

 

 Mais quand ils arrivent en France, ils sont aussi très malheureux parce qu’ils sont méprisés, rejetés ; ils sont considérés comme des paresseux, des mendiants ou des voleurs ; les communes ne veulent pas les accueillir parce qu’ils vivent dans des conditions insalubres. Alors quelle est la solution ?

 Il n’y a pas de solution miracle parce que c’est un problème complexe. Je ne sais pas quelle est la bonne solution mais ce que je peux vous dire avec certitude c’est qu’il y en a une très mauvaise : celle qui consiste à mettre tous les Roms dans le même panier, parce que chaque famille, chaque enfant, est un cas particulier, un cas unique. Je pense qu’il faut se méfier des généralisations : on ne résoudra pas le problème par des mesures globales et en faisant des Roms une catégorie sociale. Pour commencer à résoudre le problème, il faudra d’abord retrouver le sens de la personne.

 

Famille 4 pix quitte avec cadre noir  .jpg Famille 4 pix quitte avec cadre noir .jpg  

 

Le Secours Catholique fait partie du réseau Roma. Qu’est-ce que c’est ?

Une des raisons pour lesquelles il est difficile d’aider les Roms, c’est qu’ils vont d’un pays à un autre. On commence à les aider dans un pays et on ne peut pas assurer le suivi parce qu’un jour on découvre qu’ils sont partis ailleurs… D’où l’idée d’un réseau de coopération entre nos deux pays, qui ont le même but : Promouvoir l’intégration des communautés Roms, là où elles sont installées.

 

Comment pouvons-nous vous aider ?

La meilleure façon de nous aider à aider les Roms, et en particulier leurs enfants, c’est de changer votre regard, tout simplement les regarder comme vous regardez vos propres enfants. Quand les enfants Roms viennent dans notre centre, ils se sentent regardés autrement et tout naturellement leurs yeux s’illuminent, des sourires apparaissent sur leurs visages, ils sont rayonnants  car ils savent que nous sommes à leur côté pour les aider… mais aussi parce que nous sommes exigeants avec eux. Nous leur donnons des vêtements pour l’hiver, par exemple, mais nous ne leur faisons jamais l’aumône car ce serait les enfoncer dans la dépendance. Au contraire nous essayons de leur apprendre à se battre et à se prendre en charge.

 

1359334436-U7v.jpg 1359334436-U7v.jpg  

 

Si vous souhaitez soutenir Cristina dans son combat pour les enfants Roms vous pouvez faire un don (60% déductible des impôts) en adressant un chèque au Secours Catholique et en précisant au dos du chèque : « Pour le réseau Roma et la coopération avec la Caritas diocésaine de Satu Mare en Roumanie. ». Tout don est important. Ce sont nos petits ruisseaux qui font les grandes rivières de l’aide humanitaire.

 

                                                                                                         Gérard Pique

 

 

<><><>

 

 

Pour en savoir plus :

 

Cristina Frazin

 

img-2118b-jpg-524097_2.jpg img-2118b-jpg-524097_2.jpg  carte4.jpg carte4.jpg  Christina Frasin est la coordinatrice du Centre Social St François d’Assise dans la ville de Baia Mare, dans le comté de Maramures, diocèse de Satu Mare en RoumanieOn la voit ici lors d'une de ses conférences à la Maison Notre Dame à Douai.(Photo Mickaël Stingre)

 

 

Elle a été mandatée par la Caritas diocésaine de Satu Mare pour venir dans les diocèses de Lille-Arras-Cambrai, pour nous parler :

 

  • de la situation des Roms en Roumanie.
  • de l’aide que son Centre Social apporte aux enfants déshérités de sa ville, qui sont majoritairement des Roms.
  • de la coopération entre la Caritas de Satu Mare en Roumanie et les associations du Nord Pas-de-Calais (dont le Secours Catholique) qui ont le même but : Promouvoir l’intégration des communautés Roms, là où elles sont installées.

 

Elle a visité un camp de Roms, diverses centres du Secours Catholique, et donné une dizaine de conférences devant des publics très divers, notamment dans des écoles, devant des responsables du Secours Catholique et autres associations caritatives et institutionnelles.

 

 

Cristina et Femme rom.jpg Cristina et Femme rom.jpg  

 

Sur cette photo on la voit conversant en roumain avec une femme venant d’une communauté Rom

lors d'une conférence à la maison paroissiale à Aniche.

 

 

Les Roms en quelques mots :

 

Les Roms sont un people à part entière avec une langue et une histoire commune. On les appelle les Gitans. Les Roms sont la plus grande minorité en Europe. On estime qu’ils sont actuellement entre 7 et 15 millions en Europe. Ils constituent entre 5 et 10 pour cent de la population dans beaucoup de pays européens. Leur nombre exact est difficile à déterminer car ils ne sont pas habituellement comptabilisés dans les recensements officiels.

 

Après avoir étudié la culture et la langue des Roms, les chercheurs en ont conclu qu’ils étaient originaires de l’Inde. Ils sont arrivés en Europe au 14ème ou 15ème siècle. A cause de leur peau de couleur foncée, les Européens croyaient qu’ils venaient d’Égypte et les appelaient les Égyptiens, mot qui par déformation a donné Gypsies en anglais et Gitans en français.

 

Quand ils arrivèrent en Europe, ils furent méprisés, rejetés, réduis en esclavage et souvent emprisonnés. Leur mode de vie et souvent aussi les métiers qu’ils choisissaient d’exercer les entouraient de mystère aux yeux des Européens : gens du cirque, marchands ambulants, diseuses de bonne aventure, nomades et vagabonds. Pendant la seconde guerre mondiale, les Roms furent traités brutalement par l’Allemagne nazie. Mis à part les Juifs, ils furent le seul peuple à être condamné à l’extermination en raison de leur race. Bien qu’il soit difficile d’estimer combien de Roms furent exterminés pendant l’Holocauste, il est fort probable que leur nombre avoisinait le million.

 

Beaucoup de Roms continuent de souffrir aujourd’hui. Ils sont le peuple le plus persécuté sur tout le continent. Beaucoup sont au chômage, n’ont pas accès à l’éducation, ne reçoivent pas les soins nécessaires, sont victimes de discrimination. Ils restent en marge de la société et sont fréquemment la cible des néo-nazis. 

 

Les Roms aiment la vie et sont très attachés à la famille. Beaucoup d’entre nous se font d’eux une image stéréotypée à cause des livres et des films qui les mettent en scène. Bien que beaucoup d’entre eux aiment voyager et que certains exercent des métiers itinérants, ce ne sont pas des nomades. La plupart sont sédentarisés à l’intérieur de communautés Roms.

 

Les Roms restent l’un des peuples le plus attachés à la Bible de toute l’Europe. Ils se considèrent comme un peuple spirituel et sont toujours prêts à parler de religion. Les Roms sont très émotifs et font part de leurs opinions à tous ceux qui veulent bien les écouter...

 

 

1775457_3_2064_les-policiers-ont-encercle-le-camp- 1775457_3_2064_les-policiers-ont-encercle-le-camp-  

 

Les Roms en question...

 

 

<><><> 

Article publié par Gérard PIQUE • Publié Mardi 25 juin 2013 • 5041 visites

Haut de page