Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Actualités

Marie-Noëlle Correau

Notre nouvelle Vice-Présidente


 

Marie-Noëlle Correau vient d'être nommée vice-présidente de la délégation du Secours Catholique Nord-Cambrai, en remplacement de Jean-Louis Brousse. Elle a accepté de répondre à nos questions pour se présenter et expliquer le rôle qu'on lui a demandé de jouer ainsi que la touche personnelle qu'elle compte apporter dans notre délégation.

 

Madame Correau, Pouvez-vous, tout d'abord, nous parler de votre enfance et de votre famille ?

 

J’ai grandi dans une famille de militants. Mes parents ont été jocistes et ma mère a pris beaucoup de responsabilités dans la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne), puis dans l'Action catholique ouvrière. Engagés dans l’Église, mes parents l’étaient aussi dans leur milieu de vie. En 1951, soutenue par son mari, pionnier de la promotion féminine, ma mère a contribué à fonder le Mouvement de Libération Ouvrière, aujourd’hui Culture et Liberté. J’ai été très marquée par mon enfance passée dans cette famille "où le souci de l'autre et de sa dignité étaient prioritaires".

 

 Ensuite, Je me suis mariée, mon mari et moi habitons à Bouvignies. Nous avons un fils qui est journaliste à Radio France Internationale. Il  est marié et père de deux filles.

 

Pouvez-vous nous parler de votre parcours professionnel ?

 

J’ai commencé ma carrière en tant qu'enseignante pour les enfants en difficulté scolaire. Au bout de dix ans, j’ai accepté de devenir directrice d'une école primaire, et en même temps, j’ai rejoint l’équipe pédagogique du CFP (Centre de Formation Pédagogique, qui prépare les futurs enseignants). J’en suis  devenue directrice adjointe. A la retraite, j’ai continué à porter le souci des jeunes et de leur engagement en acceptant de représenter l'Enseignement Catholique à la commission nationale des Kilomètres de Soleil (campagne d’église inter mouvements d'éducation à la solidarité pour les enfants de 7 à 11 ans). Deux ans plus tard, on m’a demandé de coordonner cette campagne, ce que j’ai fait ces huit dernières années.

 

Et du côté de votre engagement au Secours Catholique ?

 

Depuis très longtemps je suis engagée au Secours Catholique. Quand j'étais jeune, je me suis investie dans l'accueil des enfants et, avec d'autres lycéens, j'ai lancé ce qu'on appelait à l'époque des " campagnes contre la faim". Dans les années 80, la déléguée du Secours Catholique de notre diocèse  et des aumôniers d’Action Catholique, ont fédéré des bénévoles pour faire naître le CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement), je me suis donc engagée aussi au CCFD.  Enfin quand je suis partie en retraite, c'est ma mission en tant que coordinatrice nationale des Kilomètres de Soleil qui m’a mobilisée, le plus souvent à Paris ou dans les différents diocèses français.

 

Maintenant, comment envisagez-vous votre rôle de vice-présidente ?

 

Ce rôle est déjà bien défini dans la feuille de route qui m’a été remise et j’entends bien la respecter ; mais il m’est aussi laissé la possibilité d'exprimer ce qui a été jusque-là la force de mon engagement.

 

  • Ma première mission sera donc d'accompagner la déléguée auprès des bénévoles, d'être à leur écoute et de dialoguer avec eux sur les orientations nationales et diocésaines du Secours Catholique.
  • Ensuite, comme je fais partie, au niveau diocésain et régional, de l'équipe du Secours Catholique qui réfléchit à la solidarité internationale, je souhaite accompagner les bénévoles qui s'investissent dans ce domaine dans notre diocèse et en région.
  • Enfin mon métier d'enseignante a développé en moi le souci de faire naître chez les jeunes l'envie de devenir acteurs dans la société et d'être solidaires des autres. J’aimerais bien continuer d'agir dans ce sens.

 

Tels sont les trois principaux axes d'action que j’entrevois au moment de prendre mes fonctions mais je sais que j’aurai aussi à faire vivre ma mission, en contribuant à la réflexion et aux décisions du Bureau, en analysant, pour mieux les partager avec tous les bénévoles, les divers documents produits par le Secours Catholique. Et surtout, j’ai l'intention d'être à l'écoute de ce qu'on va me demander et d'être au plus proche des gens pour une action commune qui se construira au fur et à mesure…

 

Comment réagissez-vous à la récente nomination d'une femme, Véronique Fayet, à la tête du Secours Catholique ?

 

Cette nomination me réjouit (même si j’avais beaucoup apprécié de travailler avec son prédécesseur, François Soulage) parce que pendant toute ma carrière, j’ai milité pour la reconnaissance des femmes dans la société. J’ai beaucoup aimé l'interview que Véronique Fayet a donné dans le journal La Croix, où elle définit le bénévolat comme le bonheur de donner de son temps pour être proche des autres : le bénévolat n'est pas un sacrifice que l'on fait par pure charité ; aider les autres, c'est aussi une occasion d'apprendre d'eux, c'est une source d'enrichissement réciproque qui rend tout le monde plus heureux.

 

Qu’est-ce que la nomination d'une femme peut apporter de plus ou de différent par rapport à celle d'un homme ?

 

Les hommes et les femmes ont à apprendre les uns des autres. Les femmes ont un rapport privilégié à la vie, au corps, au temps… Il est bon qu’elles en témoignent. C'est précisément parce que les hommes et les femmes ont des façons différentes d'aborder les problèmes qu'ils peuvent s'enrichir mutuellement et se compléter en vue de mener ensemble une action plus riche et plus efficace.

 

Quel message aimeriez-vous adresser aux membres de notre délégation ?

 

Je vois trois points :

 

  •  Le bénévolat doit générer une joie profonde et donner aux autres, notamment aux jeunes, envie de s'engager.
  • Pour mettre en œuvre notre projet de délégation  « osons construire ensemble une société fraternelle », il nous faut cheminer avec l’autre : être avec, faire avec et vivre ensemble.
  • Enfin, élargissons notre partage aux dimensions du monde… Le sort de la planète ne dépend pas seulement des « grands » de ce monde, mais de l’addition d’engagements minuscules et majuscules.

 

 

Marie-Noëlle Correau termine cet entretien en remerciant notre Evêque, le Bureau et les bénévoles de la délégation de la confiance qu'ils lui accordent et elle se réjouit à l'avance du chemin que nous pourrons tracer ensemble.

 

                                                                   Gérard Pique

                                                  pour la commission communication

                                   Délagation du Secours Catholique Nord-Cambrai

 

 

Pour faire plus ample connaissance avec Marie-Noëlle Correau, vous pouvez vidionner, ci-dessous, la vidéo de l'entretien qu'elle nous a accordé.

Article publié par Gérard PIQUE • Publié Dimanche 05 octobre 2014 • 2798 visites

Haut de page